La course sensorielle

mmr

Dans mon métier et avec la famille Make Me Run, la course à pied me permet de partager ma grande passion de faire bouger les gens, de faire vivre aux autres les belles sensations que le sport procure, et leur apprendre à repousser parfois leurs limites et progresser.

Dans les 2 contextes, j’ai été ces dernières semaines plusieurs fois confrontée à un phénomène qui m’a fait réfléchir et qui m’a donné envie d’écrire ce post: la relation fusionnelle et parfois maladive des coureurs amateurs avec leur montre de course… Moi Pas Toujours Comprendre…

Un coureur est venu l’autre jour vers moi me dire, tout énervé, qu’il n’avait durant toute la course pas su si il devait se fier à ses pulsations cardiaques, son allure au kilomètre ou à ses sensations et que du coup, il avait eu l’impression de s’être retenu parce qu’il n’osait pas aller au-delà des valeurs qu’on lui avait conseillé alors qu’il se sentait bien. C’est quelqu’un qui avait fait un test d’effort une fois, s’est ensuite mis à s’entrainer sérieusement avec un plan d’entrainement mais seul, et qui a fait de grands progrès. Du coup, ses valeurs sur un jour de course où il était en forme ne correspondaient plus à celles du jour de test. Mais comme il n’avait jamais couru aux sensations, qu’il n’avait pas appris à s’écouter, il était perdu le jour J et il a certainement perdu de précieuses minutes lors de la course. Schade Schokolade!

Si vous courrez beaucoup et régulièrement, je pense que c’est inévitable de s’entrainer avec une montre qui indique le nombre de kilomètres que vous avez couru, votre fréquence cardiaque pour être certains que vous êtes dans la bonne zone, et surtout, pour monitorer votre volume d’entrainement sur la semaine et le mois. Mais s’il vous plait, ne perdez pas l’habitude d’écouter vos sensations et ce que votre corps vous dit et apprenez à l’écouter! Il n’y a rien de plus plaisant que de s’octroyer une sortie les sens en éveils, essayez 1x par semaine de vous faire ce petit plaisir et laissez votre montre à la maison! Si si, c’est possible ;)

Profitez de cette sortie libre pour sentir et voir ce qui se passe autour de vous et pour ressentir votre corps. Durant 10min, concentrez-vous à chaque fois sur un autre sens et laissez vos jambes se faire guider par vos sensations. Ça peut sembler un peu premier degré mais promis ça va vous donner les armes pour prendre confiance en vous et vos capacités!

La vue / observez le paysage, les couleurs des arbres qui changent, surtout à cette période! Si vous faites toujours la même boucle lors de votre sortie, vous serez surpris de voir comme votre cerveau enregistre des images clés sur votre parcours, et voir la nature changer au fil des semaines et des saisons c’est un cadeau de la vie! Soyez attentif aux personnes que vous croisez, à la foulée de vos camarades de course qui vous passent à côté et à l’architecture du paysage urbain si vous courez en ville.

L’odorat / je suis toujours surprise par les odeurs que l’on peut sentir lors d’une sortie et surtout étonnée de ressentir ces odeurs bien plus fortement quand je cours seule que quand je suis avec quelqu’un en train de papoter ou concentrée sur ma montre et l’objectif (oui ça m’arrive aussi!). Faites le test, c’est fou! Ce n’est pas toujours des odeurs plaisantes haha mais elles font parties du paysage aussi. L’herbe, l’air, les champignons, l’humidité, le bois, tout a des odeurs, déployez vos narines!

L’ouïe / vous pouvez aussi passer un moment de votre course à vous concentrer sur le bruit autour de vous mais aussi sur les vôtres. Votre respiration, votre cadence, votre coeur qui bat. Concentrez-vous sur vos pas, écoutez votre cadence et augmentez-la parce qu’elle n’est certainement pas trop rapide. Écouter les oiseaux chanter ou dans une course, les encouragements de la foule peut vous aider à vous concentrer et à être dans le moment présent. Si vous avez souvent une petite voix dans votre tête qui vous dit que vous êtes fatigués, que vous n’en pouvez plus, tentez l’expérience de vous concentrer sur d’autres sons, je suis certaine que ça vous aidera!

Vous serez surpris comme ces sorties sont plaisantes! Elles nous connectent avec nous-même et la nature, on s’écoute beaucoup plus et permettent d' »atteindre un état de zénitude dans lequel nous réalisons des efforts physiques avec facilité » selon Christina Hellman, auteur de Elevate Your Excellence (Runner’s world, août-oct 18). La fameuse sortie Fartlek rejoint fortement ce type de course, on accélère aux sensations, sans indication de vitesse et de temps, et surprise, cette séance fait partie des entrainements types de tous les coureurs de fond!

Bien entendu, si vous vous entrainez pour un objectif précis ou que vous allez courir votre premier marathon, la montre est indispensable (quoi que…). Mais apprenez à lâcher prise et faire confiance à vos sensations, c’est quelque chose qui s’apprend et qui donne grande confiance lors des courses. Si on se connait, on gère beaucoup mieux l’effort et on saura mieux aller au bout de ses limites et ainsi progresser! Parce que les pulsations sont un peu plus hautes le jour de course et qu’on part souvent trop vite, c’est vraiment important de se connaitre et de se connecter avec soi-même pour performer. La plupart des sportifs de haut-niveau n’utilisent d’ailleurs leur montre qu’à titre informatif pour enregistrer les séances d’entrainement et le dénivelé, jamais comme indicateur d’allure sur la séance d’entrainement. Même Kilian Jornet….

Qui va oser lâcher son jouet de temps à autre?

Ellen

 

 


4 réflexions sur “La course sensorielle

  1. C’est fou comme tu sais bien parler de l’évasion et des sens en éveil. Ce que tu as écris me parle merveilleusement. Je te remercie de partager ta passion et d’ouvrir des portes qu’on aperçoit même pas.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh merci Didier, ça me fait plaisir que ça ait fait écho en toi. Je suis certaine que ce sera la meilleure des manière pour toi de garder les belles sensations en courant et de te faire plaisir. Essaie de te concentrer chaque 10min sur un autre sens, tu verras c’est magique! Bonne suite!
      Ellen

      J'aime

  2. J’ai remarqué que j’ai de meilleures sensations (moins de stress, moins d’essouflement) quand je ne regarde pas ma monte. Et souvent, je fais des meilleures performances. Alors depuis plusieurs mois, je la laisse dans mon sac (lors d’une sortie trail légère) ou je ne la regarde simplement pas. Je mets juste une sonnerie aux 45min sur les compétitions pour me rappeler de m’hydrater et m’alimenter.

    J'aime

    1. Merci pour ton témoignage Céline, on adhère :) Bravo d’avoir eu le courage de laisser ta montre dans le sac et de te fier à tes sensations. Garde la quand même sur toi sur des séances « importantes » pour pouvoir quantifier et analyser tes résultats si besoin. Belle suite de découverte de tes limites et bonne chance pour tes prochaines échéances!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s