What’s going on ? Spartan Race again !

spartanBonjour,

Nous sommes déjà au milieu de l’été et je n’ai encore que très peu couru ayant eu un début d’année très chargé sur le plan personnel et professionnel. Du coup mes principales courses sur route sont prévues pour la saison automnale. Sinon pour la petite histoire et pour les curieux mon été est quand même bien chargé car je me suis mis des petits challenges par si par là car j’adore cette période de l’année et suis motivée par tout et n’importe quoi .

Du coup je tente pour la première fois Sierre-Zinal le 12 août prochain mais avant cela j’ai participé au championnat d’Europe de Spartan Race (course à obstacles) sur le format long… Ouille j’ai déjà les oreilles qui sifflent et vous entendant me traiter de tarée !!! A vrai dire, je ne suis pas vraiment tarée mais j’aime me tester sur des courses hors de ma zone de confort. Eh puis j’aime bien me prouver que je suis une vraie costaude qui n’a peur de rien ou presque :-).

En ce qui concerne la Spartan Race, j’avais testé pour la première fois l’année passée et avais détesté cette expérience… Mon post à ce sujet était d’ailleurs super négatif J’ai testé une Spartan Race, je vous laisse le découvrir ou le redécouvrir.

Bref, ayant fait un podium l’année passée, je me suis qualifiée pour les Championnats d’Europe. Quelques semaines avant la course je reçois un gentil e-mail de l’organisation qui me rappelle qu’il est temps de m’inscrire, la course ayant lieu le 2ème week-end de juillet et que j’ai ma qualification pour les Championnats d’Europe en classe d’âge à faire valoir… Du coup je me dis que je ne peux pas rester sur un échec, que ça ne peut pas être pire que la dernière fois et que c’est quand même les Championnats d’Europe… C’est ainsi que je me lance dans l’aventure en ayant déjà une petite idée de mon objectif. J’apprends d’ailleurs que les Championnats d’Europe se courent uniquement sur la plus grande distance soit la « Beast »… la seule information que j’ai : +20km, +2000m de dénivelés, +de 30 obstacles… Gloups, je commence à douter mais me dis que le temps de course devrait être de 4h30 ce qui finalement pourrait me faire un bon entrainement pour Sierre-Zinal (je me rassure comme je peux)!

Entrainant Marc dans cette galère, nous voilà vendredi 6 juillet à Morzine au briefing de la course et à la remise des dossards. Nous avons le droit à une petite vidéo nous montrant ce qu’on peut faire ou pas, la plupart des obstacles sont obligatoires, aucune aide et une sanction de 30 burpees si nous échouons, les burpees sont d’ailleurs filmés pour éviter la triche…. Bref ça rigole pas et prenons un peu peur en voyant les délégations européennes plus costaudes les unes que les autres avec des équipements au top. Samedi 7 juillet après une nuit à quelques centaines de mètres du départ nous voilà à l’échauffement. Les départ sont donnés toutes les 15min par classe d’âge afin de courir avec nos concurrents directs. Mon départ est donné à 9h00 juste après les filles de 20-30ans. Le départ est plutôt rapide et me demande si les filles ont compris que nous partions pour plus de 4h d’effort et me rappelle à ce moment qu’il s’agit des championnats d’Europe, il y a donc quand même du niveau.

Ayant repéré le départ, je prends en chasse le premier groupe et me place aux avant-postes ayants différents murs à franchir afin d’avoir de l’espace et ne pas être gênée. Les 3 premiers km sont de la course sur chemin  avec quelques petits obstacles genre filet, tronc d’arbre et autre je décide donc de rester à une bonne allure sachant que la montée n’est plus très loin. Après 30min d’effort nous voilà sur les pentes raides de la station de ski qui nous mèneront à la pointe de Nyon à 2’019m, ça côte, c’est long est les obstacles sont de plus en plus durs ! Ouf me voici au sommet, je n’ai aucune idée de mon classement, je sais juste que j’ai dépassé beaucoup de filles du groupe de la classe d’âge 20-30ans parties 15min avant moi et même quelques garçons partis bien avant. D’ailleurs à partir de ce moment je ne ferai que dépasser ! Je prends quelques secondes et me lance dans la descente, enfin quelques km sans obstacles avant d’arriver à un petit lac que nous devons traverser à la nage tout en portant un petit tronc d’arbre, heureusement la traversée est courte et je suis bien contente de me rafraichir, il fait très chaud et il n’y a quasi pas de ravitaillement. J’ai eu la bonne idée de partir avec une petite flasque et trois gels que je prendrai à intervalle régulier en voyant l’équipement de mes concurrentes !

14A nouveau les obstacles s’enchaînent, je réussi à tout passer, grimper de corde, tyrolienne, équilibre, passage de singe bref à l’approche de chaque obstacle je prends le temps de regarder un concurrent ou deux n’ayant quasi aucune expérience, tactique qui m’a beaucoup aidée dans la réussite des obstacles même si j’ai perdu du temps. Plus de 3h de course et nous revoilà à grimper, il semble que nous soyons dans la partie des portés que je déteste n’étant pas forcément super balèze ! D’ailleurs un km hyper raide se fait avec une chaîne de plusieurs kilos, une quinzaine j’imagine, mais j’en sais trop rien j’ai beaucoup de peine mais m’efforce de ne pas la poser, je perds du temps mais les prochains obstacles se passent bien. Tirage et retournement de pneu, palissade et à nouveau montée de corde. Après plus de 4h d’effort j’aperçois à nouveau Morzine, je me réjouis car il y a un panneau indiquant 4km, je regarde ma montre et vois 17km, je me dis que c’est trop tôt pour finir… Je commence à avoir, très soif et plus aucune réserve, le dernier ravitaillement étant passé depuis plus d’une heure. Et voila que le parcours bifurque à gauche, nouvelle côte à franchir avec un sac de sable, le détour fera bien 2km environ, nous sommes tous à bout et plusieurs concurrents sont assis sur leur sac, je m’oblige à ne pas poser immédiatement, je me laisserai 3 petites pauses. Ouf c’est fini mais je commence à être très fatiguée, reste à peine 30min de course et quelques obstacles phares au milieu du village de Morzine, les grimpés se passent bien, les franchissements également, je passe même la slackline.12

Je sais que nous sommes pas loin de l’arrivée mais je n’avance plus vraiment, je m’efforce de courir tant bien que mal et mon obstacle redouté arrive, le lancer d’une sorte de lance en bois… j’échoue lamentablement et me voilà à faire mes 30 premiers burpees alors que je suis à bout.. J’ai l’impression de mettre un temps fou, repars malgré tout après le franchissement d’une rivière et arrive sur la dernière ligne droite, reste deux palissades et le fameux pont de singe à l’aspect quasi infranchissable, je suis seule donc je ne sais absolument pas comment le passer, il y a des sortes d’échelon de barres en métal sur plusieurs niveaux et dans différentes positions, ça passe, 2/3 de franchi, je suis toujours suspendue à bout de bras à la dernière barre de fer et reste des bouts de cordes, je pose ma main sur le premier bout, aucune accroche je ne sais pas comment m’y prendre et fini par lâcher ne voyant pas la solution. Et 30 burpees à quelques mètres de l’arrivée que je franchis après 4h50 d’effort !!! J’espérai faire un meilleur temps (allez savoir pourquoi) mais j’apprends que je termine 9ème européenne dans ma classe d’âge, un super classement qui apparemment me qualifierait pour les championnats du monde (je n’ai encore reçu aucune confirmation) mais j’avoue quand même qu’un top 5 m’avait traversé l’esprit au départ de la course ! Me voilà réconciliée avec les Spartan Race, je n’ai pas trop souffert sauf dans les derniers kilomètres (depuis ce maudit porté de sable) et me sens plutôt bien à l’arrivée même s’il faut bien 30min pour me relever et plusieurs litres de boissons sucrées :-). D’ailleurs devant notre pizza après course je pense immédiatement à en refaire une car j’ai plusieurs points à améliorer, je sais exactement où je peux gagner du temps et me demande si je ne devrais pas retenter l’expérience en visant dès le départ le haut du classement, tout en prenant un peu plus de risques. Pourquoi pas me tester sur un format court, sûrement pas à mon avantage car ça demande d’être très rapide sur les obstacles (je ne les connais pas assez) mais histoire d’avoir testé les trois distances possibles et passer à autre chose ?11

Alors oui je risque bien de refaire une Spartan ayant vécu une expérience très positive, pas de courbature et finalement que peu de fatigue (oui oui vous me direz que j’aurai pu aller plus vite) mais le principal reste le plaisir et c’est chose faite !

J’espère que ce récit vous donnera quelques idées, il y a plusieurs courses à obstacles sans forcément passer par la Spartan qui reste assez élitiste à mon sens genre la Meuhday, la Frappadingue ou la Barjotrun.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Sandy


Une réflexion sur “What’s going on ? Spartan Race again !

Répondre à Angelilie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s