J’ai testé une Spartan race !

sportograf-102938201_lowresDimanche matin, 06:00 : me voilà en route pour Morzine afin de participer à ma première Spartan Race grâce à la superbe idée de mon frère Steve et du soutien de mon chéri Marc… 10° degré, du brouillard et de la pluie, sympa de courir en été, la journée commence vraiment bien :-)

Commençons par le commencement même si je suis sûr que vous avez déjà dû entendre parler de ce genre de course d’obstacle :

Spartan Race est le leader mondial des courses à obstacles, offrant des compétitions ouvertes à tous les niveaux ainsi que des compétitions « Élite » et « Compétitive ». Spartan Race est la première marque à proposer des temps et un classement mondial, les Spartan Race fournissent un terrain de choix pour les coureurs à obstacles débutants ou professionnels qui cherchent à se lancer de nouveaux challenges partout dans le monde.

Il existe trois principaux types de course
La Spartan Sprint met l’endurance de côté et teste ta rapidité à travers environ 6 km semés d’une vingtaine d’obstacles. Une distance idéale pour les débutants.

La Spartan Super est autant une épreuve mentale que physique, avec son parcours de plus de 13 km, très exigeante avec les quelques 25 obstacles présents sur le parcours.

La Spartan Beast est tout simplement dure. Cette course est la plus longue et difficile avec son circuit brutal de quelques 20 km et plus de 30 obstacles.

Repousse tes limites, trouve le guerrier qui est en toi! http://www.spartanrace.fr/fr

Je suis inscrite sur l’épreuve dite « Super » avec environ 15km, 1000m. de dénivelé positif et plus de 25 obstacles, en catégorie dite compétitive qui me permet de partir juste après la vague élite (à nouveau une idée de mon frère).

09:15 le coup de feux est lancé et des centaines de personnes, pour la plupart en tenue très légère s’élancent (les blocs « compétitive » sont constitués de 200 coureurs max. pour avoir de la place sur les obstacles). Moi j’ai sorti la tenu de guerrière, collant long, protège coude, protège genou et petit gant… bizarre je suis la seule dans cet accoutrement, les gens n’auraient-ils pas compris que nous allons passer notre temps à subir quelques 25 obstacles, à se rouler par terre, faire les singes et à porter des objets lourds  ? Ou est-ce moi qui suis délicate ?

sportograf-102933937_lowres

Le premier obstacle est constitué de 4 palissades d’environ 2m.50, je les avais repérées et je pars à fond pour pouvoir avoir de la place et ainsi prendre de l’élan… facile… puis le parcours continue dans la rivière, on remonte bien 800m., avec la pluie des derniers jours le courant est fort et nombre de participants se retrouvent à plat ventre ! La galère ne fait que commencer ! Deuxième obstacle, l’équilibre avec une dizaine de mètres à parcourir sur une sangle tendue.. 1er essai, je pose mon pied droite, le gauche et je chute… pffffff la honte pour une ex-gymnaste… me voilà à devoir faire 30 burpees, mon frère et Marc ont réussi et en profitent pour prendre de l’avance… La course continue avec des obstacles plus au moins faciles, d’autres quasiment impossibles, la pluie ayant rendu le terrain très difficile et très glissant. Après 30min de course et d’obstacles nous partons à l’assaut d’une piste de ski avec 1000m de dénivelé positif et quelques obstacles pas sympa (palissade, porté de sac sur plusieurs km, chaînes, filet, etc).

sportograf-102920740_lowres

Finalement, le sommet des pistes atteints on redescend tout droit sur la station mais la pluie rend à nouveau la descente difficile voir quasi dangereuse et je me retrouve plusieurs fois les fesses par terre en me tenant désespérément aux quelques buissons et herbes hautes. Et les obstacles continuent tels que des tirages de pneus, des levers de poids et des grimper de corde, je rigole bien surtout quand mes concurrents font n’importe quoi… Après 3h et une descente avec un rythme aussi lent que la montée, j’arrive à une cascade ou nous sommes censés descendre, nager, et remonter à l’aide d’un filet, je commence délicatement à descendre mais je glisse et je fini au fond de l’eau, j’ai le souffre coupé quelques secondes et je vous avoue que j’ai poussé ma petite crise.. à ce moment je déteste mon frère et me dis que c’est vraiment une courses d’abrutis (j’en fait partie)… J’arrive de nouveau au bord de la rivière, rempli un saut de caillou et redescend la rivière chargée comme une mule.. Aie sur ma montre je suis déjà à 13km… le parcours en fera finalement 16… et je continue à courir malgré mes échecs sur les 3 derniers obstacles (grimpé de corde, la corde était dans un tel état que je n’ai même pas tenté), lancer de javelot (je ne touche même pas la cible) et parcours de singe, la première barre était tellement glissante qu’à nouveau il était quasi impossible d’utiliser l’obstacle. Au final je loupe 6 obstacles dont 3 à cause de la pluie les ayant rendus impraticables et 3 à cause de ma « maladroitesse » :-). Après 3h30 je suis contente d’avoir fini, j’ai passé les obstacles les uns après les autres et je ne me suis jamais mise dans le rouge mais j’ai toujours couru ou avancé d’un bon pas. Du coup je ne suis pas trop fatiguée seul plusieurs bleus, contusions et éraflures me laissent un souvenir charmant de cette journée, comment dire, un peu galère – bon en même temps c’est le but de ce genre de course !

sportograf-102917199_lowres

Après un burger de réconfort retour à la maison, arnica et bain chaud pour récupérer. Le soir, petit sms de mon frère : tu es première dans ta catégorie et tu es qualifiée pour les championnat d’Europe !!!! Ha.. bon… je suis effectivement partie dans la première vague après les élites mais je vous avoue que je n’ai pas vu beaucoup de filles dans le parcours… Championnat d’Europe ou pas je ne suis pas sûr qu’on me reprenne à faire ce genre de bêtises quoique avec le soleil ça aurait presque pu être une partie de plaisir ?! :-)

En tout cas chapeau à toutes les personnes qui ont pris part aux différentes courses du week-end car oui c’est vraiment difficile et sincèrement j’ai eu peur plusieurs fois, entre les obstacles et les conditions glissantes je pense même que c’était parfois limite dangereux… mais bon n’oublions pas que je viens de la piste alors oui un peu de boue et j’ai peur ;-)

Si vous êtes intéressés par ce genre de course, je suis d’avis qu’il faut quand même un bon entrainement pour éviter les bobos et prendre un tant soit peu de plaisir même s’il existe un petit parcours de 6km et une catégorie populaire ou l’entraide est possible (aide sur les obstacles, partages des burpees etc etc).

A dispo pour toutes questions et à jeudi !

Sandy

Ps si j’ai plus de 10 commentaires je change la photo et vous me verrez galérer pour de vrai :-)


8 réflexions sur “J’ai testé une Spartan race !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s