Parce que les bonnes résolutions ne sont pas faites pour être enterrées après un mois

motivation.jpg

Depuis près de 20 ans le sport de compétition fait partie de ma vie et est aujourd’hui devenu presque mon métier. Je travaille encore un peu à côté de mes entrainements mais mes semaines sont organisées en fonction de ceux-ci et de mes objectifs sportifs. J’aime ça plus que tout, mais pour moi aussi parfois le sport est contraignant et certains jours je dois me motiver plus que d’autres pour enfiler mes baskets. Je me suis donc dit que ça pourrait vous intéresser d’en savoir un peu plus sur mes/nos coups de mou à nous les sportifs et vous partager quelques-unes de mes astuces pour ne pas craquer !

Mes séances les plus difficiles sont celles où je dois courir longtemps, les séances de 800m et la musculation. Aller courir quand il fait froid, lors de la reprise quand les jambes ne répondent pas encore et que le souffle est court ce n’est pas agréable. Dans ces moments je me motive en me disant que ça fait mal maintenant mais que ça ira de mieux en mieux. Chaque série et chaque répétition va me faire progresser et avancer dans la bonne direction. Et surtout, chaque fois que je n’abandonne pas je fais un pas de plus vers mon objectif. Et je peux vous garantir qu’il n’y a pas mieux comme sensation !! Je me sens fière après chacune de ces séances où j’aurai pu craquer (mais non !), et elle me donne un petit bout de confiance en plus. J’aime arriver le jour de mon objectif et me dire que je n’aurai pas pu faire plus. Tout ce qu’on m’a demandé de faire je l’ai fait du mieux que j’ai pu. Ça s’appelle avoir la conscience tranquille ☺.

Voici quelques-unes de mes astuces :

  • Avoir un OBJECTIF en tête ! Ça peut être une course, garder la forme, perdre du poids, peu importe ! Mais l’objectif donnera du sens à votre séance quand vous aurez envie de craquer.
  • ÉCRIRE NOIR SUR BLANC, dans votre agenda par exemple, quand vous voulez vous entrainer (tous les jeudi à 18h30 à Colovray par exemple haha). Choisir un moment où il est possible de vous libérer avec un peu d’organisation. Personnellement, avoir quelque chose d’écrit me donne vraiment mauvaise conscience si je ne le fais pas. Alors oui ce n’est pas sympa comme sensation mais ça aide à aller au bout de ce que l’on fait, vraiment !
  • Être RÉALISTE en fonction de votre emploi du temps et de votre envie. Commencez par 2x par semaine mais faites le vraiment. 
  • Avoir un JOCKER en poche ! Je m’octroie chaque saison un jocker durant l’hiver, que je peux utiliser quand je veux. Mon entraineur sait qu’il va recevoir une fois un message de ma part comme quoi aujourd’hui je ne viens pas à l’entrainement parce que it’s jocker day! À moi de choisir stratégiquement quand je veux l’utiliser. Si je le mets trop tôt, l’hiver sera long. S’il fait froid dehors, il fera peut-être une fois plus froid encore ! Du coup, souvent, je le garde et ne l’utilise même pas ou alors au dernier moment. MAIS j’aurais fait toutes mes séances d’entrainement et je n’ai pas mauvaise conscience le jour où je pose le jocker. Parce que c’est écrit dans le code des obligations du sportif, article 2.2.1 que tout sportif a droit à un jocker…Si si !

Voilà, j’espère que ces quelques astuces simples mais efficaces vous parleront et vous aideront à garder un rythme et la motivation tout au long de l’année. Si vous avez d’autres astuces n’hésitez pas à nous les partager en commentaire !

À bientôt

Ellen


Une réflexion sur “Parce que les bonnes résolutions ne sont pas faites pour être enterrées après un mois

  1. Excellents conseils, merci.
    Une autre bonne astuce est de varier au maximum les parcours d’entraînement… même si plus on s’entraîne, plus c’est difficile de varier… Et dans ce cas, profiter de chaque fois que l’on se trouve ailleurs (même dans le village d »à côté pour rendre visite à mamy), ou profiter de chaque fvoyage, pour caser une séance… qui sera différente et remotivante :)
    Quoi de mieux que de courir en regardant le soleil se lever sur le Colisée encore désert, où de traverse le Tower Bridge avant la foule des touristes, quasiment seul le long de la Tamise? Quel plaisir d’escalader les ruelles des collines de Lisbonne plutôt que les routes habituelles, quel boost de faire des sprints entre les jambes de la Tour Eiffel avant l’arrivée des touristes ou sur le Pont Charles à Prague (500m) encouragé par les 30 statues qui le jalonnent?…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s